Éjaculation précoce et troubles de l'érection ! – Cabinet Ypnosi Prendre rendez-vous en ligneDoctolib

Éjaculation précoce et troubles de l’érection !

Éjaculation précoce et troubles de l’érection !

durée rapport sexuel

L’éjaculation précoce et les troubles d’érection, un problème fréquent qui concerne un tiers de la population masculine. Difficulté intime, qui touche à l’idée de la virilité que beaucoup d’hommes se font. “Oui un homme ça doit durer”, “je suis une bête de sexe” etc, etc. Difficultés dont peu de Messieurs osent parler librement. Avouons le, il est rare de se vanter d’une contre-performance sous la couette…

Oui, il est délicat pour un homme de faire état de ses difficultés érectiles ou de sa capacité à « venir » un peu trop vite… Si certaines conséquences peuvent être extrêmement douloureuses à vivre, on retiendra aussi que rien n’est irrémédiable et que des solutions existent pour régler ces désordres masculins.

Pourquoi ça m’arrive ?

Qu’est-ce qui se joue dans ces phénomènes qui perturbent le bon fonctionnement de la sexualité masculine ? Quelles sont les raisons de ses désordres qui posent tant de problèmes ?

Il y a de nombreuses causes aux troubles de l’érection ou de l’éjaculation précoce.

Un changement de vie, une période de stress. La consommation de tabac, d’alcool ou de drogues sont des facteurs qui favorisent l’éjaculation précoce ou les troubles de l’érection. Tout comme certaines maladies un diabète, des maladies cardiovasculaires, neurologiques, inflammatoires peuvent aussi avoir des conséquences sur la performance érectile ou provoquer une éjaculation prématurée.

Également une personnalité anxieuse, un manque d’activité physique ou une prise de poids peuvent agir également sur la qualité de l’érection ou provoquer une éjaculation trop rapide.

Il y a aussi des origines médicales, hypo et hypertension, problèmes de thyroïde, une hypersensibilité du gland comme une prostatite ou une sclérose en plaque..

On éjacule comme on vit !

D’une manière générale, notre façon de vivre et d’être va renseigner sur notre façon d’éjaculer. Un homme qui est continuellement pressé ou empressé. Également un homme qui parle vite et même comble de la symbolique, qui postillonne ! Ou même un homme qui respire vite, un homme qui a tendance à s’agiter tout simplement… Tous ces comportements vont avoir des conséquences directes ou indirectes sur la façon d’éjaculer ou de « tenir » son érection.

éjaculation précoce

Il est aussi important de savoir que nous sommes « programmés » pour nous reproduire et non pour avoir une sexualité. Un homme éjacule en 19 secondes et 17 saccades. On peut faire un lien avec ce qui reste dans notre inconscient archaïque hérité de nos ancêtres. Nos ancêtres qui pour assurer leur besoin de sécurité (#pyramidedeMaslow) se devait de faire vite pour éviter les menaces d’un monde préhistorique hostile pas très enclin à favoriser la décontraction…

Qu’est ce qu’une éjaculation précoce exactement ?

On dit d’une éjaculation qu’elle est précoce à partir du moment où elle survient systématiquement avant la pénétration, entre 20 et 30 secondes après la pénétration pour les manifestations majeure. Dans une moindre mesure on parle aussi d’éjaculation précoce entre 1 et 3 minutes. Autrement dit un homme qui éjacule 3 minutes après le début de la pénétration, dans ce cas précis n’est pas éjaculateur précoce. Il est « rapide » mais pas précoce. C’est important de le savoir car cela peut rassurer beaucoup de ces Messieurs.

Le fait d’éjaculer trop vite peut-être extrêmement frustrant pour un homme. Lors des webinaire et conférence que j’ai tenu à l’occasion de la Saint Valentin, j’expliquais qu’il y a encore peu de temps qu’à la fin du XIX° et au début du XX° siècle était répandu dans l’inconscient collectif, l’idée que « l’homme » était responsable de la jouissance de la femme. L’homme avait un rôle majeur dans la jouissance de sa partenaire. Que c’est était à lui qu’il revenait de faire jouir sa partenaire et que donc il en avait la responsabilité. Or quelques décennies plus tard, on en sait beaucoup plus quant au fonctionnement de la jouissance et en particulier que sur le point précédent nous étions dans l’erreur…

Mais alors pourquoi cette éjaculation arrive (si)  précocement ?

Comme pour les troubles érectiles, cela peut s’expliquer par des peurs. Des peurs inconscientes, lorsque l’homme pénètre une femme (ou un homme) son sexe disparait. Il est happé par le sexe de la femme, comme engloutit. L’homme va perdre son érection au moment de la pénétration par peur de se faire manger, dévorer son sexe par la femme. Cela renvoie également à la symbolique du sang, à la filiation et aux lignées, le père, les parents. La peur du père castrateur qui est posé comme un rival dans le complexe d’Œdipe. Le père vient châtrer le fils pour reprendre sa place.

Comment arrêter d’éjaculer “trop vite”, comment ne plus perdre son érection ?

On respire un grand coup !

Se focaliser sur sa respiration, plus on pense à gérer sa respiration plus on détourne son attention et on se défocalise. Il existe des exercices de respiration qui aident à cela. Adopter une respiration abdominale pendant en lien avec les mouvements de son bassin.

On pose le cerveau !

Détourner son attention.. Plus on est focalisé sur son érection ou son éjaculation précoce plus on va accentuer la problématique dont on peut souffrir. Plus il y a d’attention, plus on augmente le stress, plus on accélère le rythme cardiaque et plus on éjacule (trop) tôt !

Donc moins on se met la pression, moins la pression monte vite. Il s’agit de diminuer une hyperexcitabilité afin de retarder un peu, puis retarder un peu plus encore cette éjaculation. On relâche les tensions, on relâche la pression !

Attention au « PNR » le Point de Non Retour !!! point de non retour

Travailler le PNR tout seul en arrivant à jouer avec lui. L’homme peut se masturber en arrivant tout près de lui, cesser, reprendre, continuer dans le but de le connaître. Dans le but de Se connaître. Se connaître est important car cela permet de savoir quand changer de rythme, quand changer de position.

Il s’agit d’un entrainement… Comme un athlète se prépare à une compétition, comme à l’opposé une femme qui connait l’anorgasmie va « s’entrainer » à prendre du plaisir en se caressant. Alors l’homme lui va s’entrainer pour gagner 1 à 2 dizaine de secondes puis plus tard une minute et après encore une autre.

Cet entraînement peut être fait seul ou à deux.

Mieux vaut en sourire..

Si cela peut provoquer de réelles difficultés et à juste titre, autant éviter de rajouter de la souffrance à la souffrance. Alors avec sa partenaire il est possible de dédramatiser tout ça. Ce n’est pas facile et pourtant tout à a y gagner.

Il est également intéressant de comprendre que le summum de la sexualité consiste à faire jouir une femme avec son sexe. Mais qu’il est possible de faire autrement.

Tout comme éjaculation peut ne pas vouloir dire systématiquement fin du rapport et donc fin des réjouissances pour Madame. Car ce qui se passe dans ce cas précis c’est que l’homme échoue à faire jouir sa partenaire (cf les idées du XIX° siècle) et donc il associe cela à une défaite. Alors que si le couple accepte de fonctionner différemment alors l’homme et la femme ou les hommes vont alors pouvoir connaître la jouissance chacun et être pleinement satisfait. Et l’homme un peu « rapide » alors pourra relativiser sa promptitude à jouir ce qui lui permettra de la diminuer.

Comme pour toutes les difficultés d’ordre sexuel, un travail en cabinet en sexothérapie combiné avec les outils des thérapies brèves : hypnose et PNL donne d’excellents résultats.

 

Pour conclure, on se détend, on respire, on en parle et on dédramatise, on consulte si besoin. Il y a plein de façon pour faire jouir une partenaire et l’utilisation de son pénis pour le faire n’est aujourd’hui clairement pas reconnue comme le meilleur moyen de le faire. Alors lâchez la pression pour ne pas tout lâcher trop vite ! 

A vos marques, prêt, prenez le temps !

éjaculation
Partagez moi !

Laisser un commentaire